lundi 29 juin 2009

« pseudo-crise » à Trinité-et-Tobago


Pendant des années, des rumeurs avaient couru au sujet de la participation des institutions financières internationales à la création de « pseudo-crises », (…)

 Le témoignage le plus détaillé vient de Davison Budhoo, employé du FMI passé à la dénonciation,(…)

Lorsque l’organisation effectua un virage à droite prononcé, à l’ère du thatchérisme et du reaganisme, Budhoo, d’une grande indépendance d’esprit, se sentit de plus en plus mal à l’aise dans son milieu de travail.

 Le FMI était désormais truffé de Chicago Boys soumis à l’autorité de Michel Camdessus, économiste néolibéral convaincu. Après avoir quitté son poste en 1988, Budhoo décida de consacrer sa vie à dévoiler les secrets de son ancien employeur. Tout commença par la remarquable lettre ouverte qu’il adressa à Camdessus, (…)

Manifestant pour le langage un enthousiasme rare chez les économistes en chef du Fonds, Budhoo commençait sa lettre en ces termes :

« Aujourd’hui, je démissionne de mon poste au Fonds monétaire international après douze années de services et 1000 jours de travail sur le terrain ; période au cours de laquelle j’ai fait avaler votre médecine et vos tours de passe-passe aux peuples d’Amérique latine, des Antilles et de l’Afrique. Cette démission est pour moi une inestimable libération : c’est le premier pas que je franchis dans l’espoir de laver un jour mes mains de ce qui, dans mon esprit, représente le sang de millions de pauvres et d’affamés. (…)

Parfois j’ai l’impression qu’il n’y aurait pas assez de savon dans le monde pour me laver des gestes que j’ai commis en votre nom. »

Budhoo entreprend ensuite d’étayer ses accusations. Il reproche au FMI d’utiliser les statistiques comme une arme « mortelle » . Avec force détails, il montre comment, en tant qu’employé du FMI, au milieu des années 1980, il a été mêlé à des cas de « fraudes statistiques » visant à exagérer les chiffres contenus dans les rapports du FMI concernant Trinité-et-Tobago, riche en pétrole, afin de donner l’impression que le pays était beaucoup plus instable qu’il ne l’était en réalité. (…)

Ces « irrégularités grossières » , qui, selon Budhoo , étaient délibérées et non le résultat de calculs bâclés, furent acceptées telles quelles par les marchés financiers, qui rangèrent Trinité-et-Tobago dans la catégorie des mauvais risques et mirent fin à son financement. Les problèmes économiques du pays – déclanchés par une diminution subite du prix du pétrole, sa principale exportation – devinrent rapidement catastrophiques, et il fut contraint de supplier le FMI de le tirer d’affaire.

 Le Fond exigea en contrepartie l’acceptation de ce que Budhoo appelle « sa médecine la plus mortelle » : licenciements, diminution de salaire et « toute la panoplie » des politiques d’ajustement structurel. Selon Budhoo il s’agissait d’ « un subterfuge visant à priver sciemment Trinité-et-Tobago d’une porte de sortie économique » et à « détruire l’économie du pays pour la reconvertir ensuite ». (…)

Après la publication de la lettre, le gouvernement de la Trinité commanda deux études indépendantes pour faire la lumière sur les accusations qu’elle contenait, qui se révélèrent fondées : le FMI avait bel et bien gonflé et fabriqué des chiffres, entraînant des effets dévastateurs sur le pays.(23) (…)

En 1996, on tira toutefois de la lettre une pièce intitulée Mr. Budhoo’s Letter of resignation from the I.M.F. ( 50 Years Is Enouth ), qui fut présentée dans un petit théâtre de l’East Village à New York.

 La production reçut un accueil étonnamment élogieux de la part du New York Times, qui, dans une courte critique, loua sa « rare créativité », et ces « accessoires inventifs ». Le nom de Budhoo était apparu pour la première et la dernière fois dans le New York Times.

(23) « Bitter Calypsos in the Caribbean », Guardian (Londres), le 30 juillet 1990 ;
Robert Weissman, « Playing with Numbers : The IMF’s Fraud in Trinidad and Tobago », Multinational Monitor, vol 11, n° 6, juin 1990.

« La stratégie du choc » par Naomi Klein ( Actes Sud ) pages 315-317.

Articles de Naomi Klein

« La stratégie du choc » par Naomi Klein ( extraits )

http://inventin.lautre.net/livres/Klein-La-strategie-du-choc.pdf

Aucun commentaire:

Quelle est la différence entre un optimiste et un pessimiste ?

L'optimiste pense que l'on vit dans le meilleur des mondes possibles.
Le pessimiste pense que malheureusement c'est vrai.