mercredi 19 septembre 2018

le sénateur républicain Richard Black apporte un rare soutien à Assange

Avant Assange, ceux qui « ne respectaient pas les codes » et détectaient les schémas de mauvaise conduite de l’État profond étaient qualifiés de « théoriciens du complot » ou pire. Mais avec l’avènement de WikiLeaks, des documents sources originaux et incontestés ont étayé nos arguments et  révélé la vérité aux citoyens.
En tant qu’officier militaire, j’ai été formé à observer strictement les protocoles de sécurité. Quand j’ai entendu parler de WikiLeaks et de Julian Assange pour la première fois, j’ai donc été instinctivement critique. Mais en lisant les documents qu’il a publiés, j’ai vu comment Julian a donné aux gens un aperçu précis des rouages internes de leur propre gouvernement.
Le gouvernement « du peuple » ne peut s’épanouir sous une chape étouffante de secrets. Et le secret a souvent pour but, non pas de nous protéger de nos ennemis à l’étranger, mais de nous tromper sur les sombres machinations de notre propre gouvernement. Les secrets les plus importants sont ceux qui servent à dissimuler les mesures prises pour établir des fondements en vue de futures guerres – des conflits injustifiés qui semblent se dérouler sur une chaîne de montage sans fin. 
Les zones d’exclusion aérienne, les bombardements, les sanctions, les faux drapeaux, les blocus, les mercenaires, les terroristes assoiffés de sang sont tous devenus des fonds de commerce. Les sanctions déstabilisent nos cibles par la faim et la souffrance. Nous terrorisons et soufflons des morceaux de corps dans les rues comme des cartes de visite. Le changement de régime siffle la fin du jeu ; les coups d’État et les assassinats sont des pratiques honnêtes.
Avant Assange, ceux qui « ne respectaient pas les codes » et détectaient les schémas de mauvaise conduite de l’État profond étaient qualifiés de « théoriciens du complot » ou pire. Mais avec l’avènement de WikiLeaks, des documents sources originaux et incontestés ont étayé nos arguments et révélé la vérité aux citoyens. (...)
Aujourd’hui, nous assistons à des efforts intenses et coordonnés pour réimposer un contrôle efficace de l’information en Amérique et dans le monde. Facebook, Twitter, Google, YouTube, PayPal et d’autres titans de la haute technologie s’empressent d’embaucher des censeurs et d’adopter des politiques restrictives qui empêchent les voix de la controverse d’atteindre le grand public. Big Brother est de retour.
Julian Assange et WikiLeaks sont parmi les cibles privilégiées des censeurs. Ils ont bouleversé la censure des grands médias. Assassiner Assange n’est pas envisageable.  Il est trop important pour ça. Je comprends bien que Julian Assange soit controversé, mais je serais heureux qu’une nation courageuse lui accorde l’asile permanent. Qu’il continue de donner aux citoyens un aperçu honnête du fonctionnement interne de leur gouvernement. Cela semble être notre meilleur espoir de paix.


lundi 17 septembre 2018

" Quand la Science appelle à l'aide pour l'humanité " par Aurélien Barrau, Astrophysicien

Nous considérons qu’un gouvernement qui ne ferait pas du sauvetage de ce qui peut encore l’être son objectif premier et revendiqué ne saurait être pris au sérieux.



« Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité »

Quelques jours après la démission de Nicolas Hulot, nous lançons cet appel : face au plus grand défi de l’histoire de l’humanité, le pouvoir politique doit agir fermement et immédiatement. Il est temps d’être sérieux.

Nous vivons un cataclysme planétaire. Réchauffement climatique, diminution drastique des espaces de vie, effondrement de la biodiversité, pollution profonde des sols, de l’eau et de l’air, déforestation rapide : tous les indicateurs sont alarmants. Au rythme actuel, dans quelques décennies, il ne restera presque plus rien. Les humains et la plupart des espèces vivantes sont en situation critique.

Pas trop tard pour éviter le pire
Il est trop tard pour que rien ne se soit passé : l’effondrement est en cours. La sixième extinction massive se déroule à une vitesse sans précédent. Mais il n’est pas trop tard pour éviter le pire.
Nous considérons donc que toute action politique qui ne ferait pas de la lutte contre ce cataclysme sa priorité concrète, annoncée et assumée, ne serait plus crédible.
Nous considérons qu’un gouvernement qui ne ferait pas du sauvetage de ce qui peut encore l’être son objectif premier et revendiqué ne saurait être pris au sérieux.
Nous proposons le choix du politique – loin des lobbys – et des mesures potentiellement impopulaires qui en résulteront.
C’est une question de survie. Elle ne peut, par essence, pas être considérée comme secondaire.
De très nombreux autres combats sont légitimes. Mais si celui-ci est perdu, aucun ne pourra plus être mené.


COSMOGONIES, le blog d'Aurélien BARRAU

https://blogs.futura-sciences.com/barrau/

jeudi 13 septembre 2018

"Je me suis fait tout petit" par Maïa Vidal ( 13/11/2010 )

  "Je me suis fait tout petit" par Maïa Vidal






                      
                            MAÏA VIDAL

         
                                                             PLAYLIST


vendredi 24 août 2018

" Emma Watson et le féminisme : son discours pourrait convaincre le pire des machos "

"C'est une question de liberté.Je veux que les hommes prennent le flambeau. Afin que leurs filles, sœurs et mères puissent être libres de tout préjugé, 


mais qu'aussi leurs fils aient la permission d'être vulnérables et humains – réclamant ces parties d'eux-mêmes qu'ils ont abandonnées, et ce faisant, devenant une version plus complète et vraie d'eux-mêmes."

 





 Sobre, simple et efficace. Seule au micro devant les Nations-Unies, la jeune Emma Watson, connue pour son rôle dans "Harry Potter", a prononcé un discours sur l'indispensable lutte pour l'égalité des sexes, chaleureusement applaudi, unanimement salué. Mais comment l'actrice a-t-elle réussi à nous toucher autant ? 


Ceux qui ne croient pas au pouvoir des discours devraient prélever 10 minutes de leur temps pour écouter celui qu’Emma Watson a prononcé dimanche devant l’Assemblée Générale des Nations-Unies à New York.

Dans cette usine à discours, les vœux pieux se succèdent à la tribune à un rythme soutenu avant d’aller s’évaporer au-dessus de l’East River. Mais pas toujours. Et pas ce 21 septembre ( 2014 ), quand la jeune actrice a parlé.

Ambassadrice de ONU-Femmes, Emma Watson lançait la campagne "He For She" (Lui pour Elle), campagne d’un type nouveau à l’ONU destinée à sensibiliser les hommes à l’inégalité des genres.

Tout naturellement, l’organisation avait demandé à l’actrice britannique, jeune, moderne et mondialement célèbre depuis Harry Potter, de porter la cause. Et elle l’a fait, au-delà de ce que les organisateurs avaient osé espérer, sans doute. Un discours qui donne toute sa crédibilité à la campagne car il en a donné le ton juste : habité, sincère, simple et offert comme une main tendue.

La grande classe

De la mare aux vulgarités où tant de jeunes artistes pataugent en remuant des fesses, elle émerge tel un lotus, sobre, droite, de blanc vêtue (vêtue, donc), sans apprêt, gracieuse comme peut l’être une jeune femme de 24 ans quand elle ne s’adresse pas aux hormones des hommes mais à leurs émotions et à leur raison.

Elle est en parfaite harmonie avec le sujet de son intervention : la dignité au féminin.

Elle capte comme l'Abbé Pierre

Classiquement, les premiers mots d’un discours ont pour mission d’attirer la bienveillance du public, la fameuse captatio benevolentiae rhétorique. Et quoi de mieux, pour le capter ce public que d’en appeler à lui directement ? 

"Je vous tends la main, parce que nous avons besoin de votre aide. Nous voulons mettre fin à l’inégalité des sexes. Et pour cela ce nous avons besoin que tout le monde s’implique."

L’abbé Pierre avait choisi cette même "exorde" pour son appel historique en faveur des sans-abris lors du rude hiver 1954 :

"Mes amis, au secours."

De plus, l’interpellation du public est particulièrement judicieuse ici, puisqu’il s’agit d’impliquer dans le combat des femmes ceux qui ne se considèrent pas concernés a priori :

"Nous essayons de galvaniser le plus grand nombre possible d’hommes et de garçons pour qu’ils deviennent les avocats du changement. Et nous ne voulons pas juste en parler, nous voulons le rendre tangible."

Elle rassure comme Nelson Mandela

Les esprits à conquérir sont ceux des hommes. Il ne sert à rien de les culpabiliser, cela ne servirait qu’à leur faire peur. Et à activer leurs défenses.

Emma Watson adopte une stratégie beaucoup plus fine : les rassurer. Je suis avec vous :

"Je suis ambassadrice depuis 6 mois. Plus j’ai parlé de féminisme, plus j’ai réalisé que la lutte pour les droits des femmes est trop souvent devenu synonyme de haine des hommes. Et s’il y a une chose dont je suis certaine, c’est que cela doit cesser."

Pour dire la conviction, la diction vient à l’appui des mots, lente, scandée : "ce-la-doit-ces-ser".

Elle rappelle la définition du féminisme :

"La croyance que les hommes et les femmes doivent jouir des mêmes droits et des mêmes opportunités."

Elle adopte la même stratégie – la seule payante à vrai dire – que les grands avocats de la cause des noirs, confrontés au même type de peur, celle des blancs, qu’il fallait rassurer avant de poser l’exigence d’égalité.

Nelson Mandela, 1964 :

"Je me suis battu contre la domination blanche. Je me suis battu contre la domination noire."

Un récit de soi sobre et émouvant

Pas de discours puissant sans un ethos affirmé, un récit de soi, un engagement personnel.

Emma Watson est féministe. Elle le dit.  Elle est économe de ses mots mais ne tourne pas autour. Une simple gradation (quatre âges, quatre exemples) dit tout de sa vision du destin des filles :

"À 8 ans, on disait que j’étais 'autoritaire' parce que je voulais mettre en scène la pièce qu’on présentait à nos parents. On ne disait pas ça des garçons ;

À 14 ans, j’ai commencé à être sexualisée par certains médias ;

à 15 ans, mes amies ont arrêté leur sport préféré par peur de prendre des muscles ;

à 18 ans, mes amis de sexe masculin étaient incapables d’exprimer leurs sentiments."

Et de sa prise de conscience :

"J’ai décidé que j’étais féministe"

L’extrême sobriété de l’expression, en contraste avec la charge émotionnelle des mots dans leur simplicité, fait de ce passage un des plus émouvants du discours.

Elle énonce son féminisme en s’appuyant sur les désormais célèbres anaphores :

"Je pense qu'il est juste, en tant que femme, d'être payée comme mes homologues masculins ;
 Je pense qu'il est juste de pouvoir prendre des décisions au sujet de mon propre corps ;
 Je pense qu'il est juste que les femmes participent en mon nom à la politique et aux prises de décision de mon pays ;
 Je pense qu'il est juste que socialement je bénéficie du même respect que les hommes."

Elle tend la main

Elle sait et dit que le mot est "impopulaire". Alors elle, elle continue de tendre la main même à ceux que son plaidoyer pour le féminisme n’aurait pas convaincus :

"Et si vous détestez toujours le mot, dites-vous que ce n'est pas le mot qui est important, mais l'idée et l'ambition derrière lui."

Mais si, les mots comptent et agissent sur le réel. Emma Watson le sait si bien qu’en réalité, elle vient d’attribuer au mot "féminisme" la place d’honneur d’une grande campagne consensuelle de l’ONU.

Par ce mot, prononcé par une jeune actrice universellement admirée, répété à une tribune universelle, elle a fait franchir un nouveau pas à la cause des femmes.

Françoise Héritier l'a convaincue

L’anthropologue Françoise Héritier nota un jour : "Ça doit être fatigant d’être viril tous les jours." Emma Watson en est convaincue la libération des femmes est aussi la libération des hommes :

"Nous ne parlons pas souvent du fait que les hommes sont emprisonnés dans des stéréotypes de genre, mais je peux voir que c'est le cas, et s'ils en sont libérés, les choses changeront naturellement pour les femmes."

L’oratrice avait commencé par une interpellation, elle termine par une interpellation :

"Je veux que les hommes prennent leurs responsabilités. Afin que leurs filles, sœurs et mères puissent être libres de tout préjugé, mais aussi pour que leurs fils aient le droit d'être vulnérables et humains aussi."

Star mondiale, Emma Watson est restée droite tout au long du discours, sobre. Mais le petit tremblement dans la voix disait combien le sujet la portait. Et il faut être un sacré macho pour ne pas être devenu, ce jour-là, un peu féministe.







http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1243373-discours-d-emma-watson-sur-le-feminisme-une-rhetorique-entre-l-abbe-pierre-et-mandela.html






" Comment peut-on changer le monde si seulement la moitié de celui-ci est invitée ou se sent légitime à participer à la conversation ?

Messieurs – J'aimerais saisir cette occasion pour vous donner votre invitation officielle. L'égalité des sexes est votre problème aussi.

Car à ce jour, j'ai vu le rôle de parent de mon père moins valorisé par la société, alors que j'avais autant besoin de sa présence que de celle de ma mère lorsque j'étais enfant.J'ai vu des jeunes garçons souffrant de maladies mentales incapables de demander de l'aide, ayant peur que cela les fasse apparaître moins « macho » - d'ailleurs au Royaume-Uni, le suicide est la plus grande cause de mortalité des hommes entre 20 et 49 ans ; éclipsant les accidents de la route, le cancer et l'insuffisance coronarienne. 

J'ai vu des hommes rendus fragiles et anxieux par une perception déformée de ce qui constitue le succès masculin. Les hommes non plus n'ont pas les avantages de l'égalité.On ne parle pas souvent des hommes emprisonnés dans les stéréotypes de genre, mais je peux voir qu'ils le sont, et que quand ils seront libres, la conséquence naturelle est que les choses changeront aussi pour les femmes.

Si les hommes n'ont pas besoin d'être agressifs afin d'être acceptés, les femmes ne se sentiront plus contraintes d'être soumises. Si les hommes n'ont pas à contrôler, les femmes n'auront plus à être contrôlées.Les hommes comme les femmes devraient se sentir libres d'être sensibles. Les hommes comme les femmes devraient se sentir libre d'être forts... 

Il est temps que nous percevions le genre sur tout un spectre et non pas comme deux ensembles d'idéaux opposés.Si nous arrêtons de nous définir les uns les autres par ce que nous ne sommes pas, et que nous commençons à nous définir par ce que nous sommes – nous pourrons tous être plus libres, et c'est à ça que sert HeForShe. 

C'est une question de liberté.Je veux que les hommes prennent le flambeau. Afin que leurs filles, sœurs et mères puissent être libres de tout préjugé, mais qu'aussi leurs fils aient la permission d'être vulnérables et humains – réclamant ces parties d'eux-mêmes qu'ils ont abandonnées, et ce faisant, devenant une version plus complète et vraie d'eux-mêmes.

Vous pensez peut-être, qui est cette fille d'« Harry Potter » ? Et que fait-elle sur scène à l'ONU ? C'est une bonne question et croyez-moi, je me la suis moi-même posée. Je ne sais pas si je suis qualifiée pour être ici. Tout ce que je sais c'est que je me soucie de ce problème. Et que je veux améliorer ça.Et après avoir vu ce que j'ai vu – et ayant cette opportunité – je sens qu'il est de ma responsabilité de dire quelque chose. 

Comme l'a dit l'homme d'État anglais Edmund Burke : « Tout ce dont les forces du mal ont besoin pour triompher est que suffisamment d'hommes et de femmes bons ne fassent rien. »

En ayant le trac pour ce discours, et dans mes moments de doute, je me suis fermement demandé – si ce n'est pas moi, qui ? Si ce n'est pas maintenant, quand ? Si vous avez des doutes similaires quand des occasions se présenteront à vous, j'espère que ces mots pourront être utiles. (...) "



















 https://www.buzzfeed.com/rossalynwarren/emma-watson-discours-feministe?utm_term=.iu8AXnaR9#.rejkGRlQ2



24 preuves qu'Emma Watson est la star la plus badass de sa génération

https://www.buzzfeed.com/marietelling/emma-watson-badass-de-sa-generation?utm_term=.ovzjlKZb5#.acdWgx1MX




                                         https://twitter.com/EmmaWatson?lang=fr


Quelle est la différence entre un optimiste et un pessimiste ?

L'optimiste pense que l'on vit dans le meilleur des mondes possibles.
Le pessimiste pense que malheureusement c'est vrai.